Article de l'OCCE: Animation & Education n°219 Novembre/Décembre 2010

par Marie-France RACHEDI

 

 L'OCCE est l'Office Central de la Coopération à l'Ecole.

 

"Incasable" ? Pas forcément.

Un livre "Accompagner l'enfant incasable et sa famille, six aventures éducatives et thérapeutiques pour faire autrement".

Un auteur: Armand de Soto, thérapeute et médiateur familial qui racaonte son long cheminement parsemé de doutes, d'obstacles, d'innovations éducatives pour sortir des jeunes présentant des dysfonctionnements sociaux majeurs et leurs familles du labyrinthe tortueux, expression de leur souffrance, dans lequel ils se perdaient.

 

Deux jours, c'est exactement le temps qu'il m'a fallu pour lire, qu'est-ce que je dis, dévorer, avaler, engloutir ce récit de six aventures pédagogiques et thérapeutiques que nous livre sans forfaiture, Armand de Soto. Deux jours, pas plus, tant il est vrai que chaque nouvelle histoire intrigue, captive, attise l'envie de connaître le devenir de Johny, Manuel, Julie, Lucien, Pierric, Abdi. Des "sales gosses" pourtant qui, suite à des ruptures répétées de liens affectifs, des placements multiples de foyer en famille d'accueil, des troubles du comportement, finissent par rejoindre la cohorte des "incasables" que les différentes institutions se renvoient de l'une à l'autre... jusqu'à ne plus trouver d'espace pour les accueillir.

C'est souvent à ce moment-là qu'intervient Armand de Soto, thérapeute de la dernière chance, "le cinquantième que l'on nous envoie voir", l'ultime branche à laquelle s'accrocher. Les aventures thérapeutiques qu'il relate dans ce livre ont eu lieu alors qu'il occupait les fonctions de chef de service, thérapeute et médiateur familial dans un foyer de l'enfance d'accueil d'urgence. Nombre de ces sales gosses n'auraient jamais dû croiser sa route mais, voilà, les juges de ces enfants avaient épuisé tout ce que contenait leur besace juridico-sociale (mesure d'action éducative en milieu ouvert (AEMO), placement en foyer d'accueil, ...), les éducateurs avaient atteint leurs limites, on ne savait plus ! Chaque histoire commence par un résumé du parcours de ces jeunes, un curriculum vitae qui fait souvent froid dans le dos, jusqu'au premier entretien avec Armand de Soto !

Ces enfants incasables, vous les avez peut-être croisés dans votre parcours d'enseignant, ils vous ont attendri, agacé, perturbé et vous ont renvoyé l'image des limites de votre métier, de votre bonne volonté, de vos pratiques pédagogique, du système scolaire. Car tous ces enfants ont été scolarisés, puis exclus, ballotés d'une école à l'autre... Des enfants pour qui vous n'avez pas trouvé de réponse parce qu'elles ne sont pas évidentes et ne se trouvent pas dans le manuel du parfait enseignant, éducateur, juge. "Il faut inventer, s'adapter" nous dit l'auteur qui, dans sa volonté de les accompagner, de les sortir de cette "boucle de rétroaction négative" puise l'énergie créatrice qui lui permet d'avancer avec eux. Il noue des partenariats avec des établissements scolaires pour re-scolariser ces jeunes, avec l'aide sociale, avec des associations ... Il monte des projets improbables comme des séjours de rupture pour que l'enfant puisse réfléchir, se reconstruire, trouver sa voie. Il passe des contrats avec les jeunes, avec des éducateurs.

Dans ces chemins empruntés par le thérapeute , tout adulte éducateur peut tirer, pour lui-même, plusieurs enseignements dont deux essentiels :

- pour qu'une issue soit possible, pour qu'un travail puisse commencer avec l'enfant et sa famille, qu'une action de reconquête de l'estime de soi puisse s'engager, il faut qu'ait lieu une "rencontre décisive". Rencontre d'un enfant en souffrance avec un adulte (ou des adultes) qui le regarde, l'écoute, le considère et soit décidé à faire autrement.

- parce que le problème de l'enfant est souvent "le symptôme du dysfonctionnement de son groupe familial", la réussite du projet repose sur le maintien des liens familaux. Ce sont ces liens que le systémicien de Soto, formé à la thérapie de Palto Alto et à l'hypnose éricksonienne, tente de retisser fil après fil. Et là, on tire encore une belle leçon qui vient remettre en cause de nombreux préjugés : aucun de ces parents présentés dans le livre, malgré tous les obstacles, malgré des placements à répétition de leurs enfants (parfois souhaités par eux car ils n'en peuvent plus !) ne sont jamais démissionnaires. Ils seraient plutôt "démissionnés" comme le regrette fortement l'auteur qui aimerait dire "aide sociale à la famille".

Il y a tout cela dans ce beau livre et bien plus encore et quand je l'ai refermé, j'ai eu, entre autre envie, celle d'aller relire ce merveilleux conte sur l'histoire d'un petit pantin de bois né de la dextérité et de la solitude d'un vieux monsieur,  un petit pantin de bois que, nous dit Philippe Meirieu dans la préface, les adultes veulent essayer de rendre "sage comme une image" et qui pour ce faire, "multiplient les maladresses"... Pinocchio, c'est ça !

Pourquoi ? Lisez ce livre, vous comprendrez.